AI·Drama·Jdrama·Temps

{Drama} Ando Lloyd

Dans le cadre du challenge de dramas de Luthien où on doit regarder un drama d’une année différente à chaque fois, j’ai pioché dans la tonne de dramas marqués à voir sur mon TVShowTime et j’ai pris ce drama dont j’avais testé le premier épisode lors d’un pilotathon en 2013.

téléchargement (2)

Ando Lloyd : Ai knows love ?

Drama en 10 épisodes diffusé sur TBS entre le 13 octobre 2013 et le 15 décembre 2013 à 21h. Avec Kimura Takuya, Shibasaki Kou et Oshima Yuko. Ecrit par Nishiogi Yumie et Izumisawa Yoko. Réalisé par Hatano Takafumi, Kimura Hisashi et Tsuboi Toshio. La musique est de Kanno Yugo.

Résumé : Reiji un chercheur scientifique assez réputé qui travaille sur un sujet tellement important qu’il atterrit sur une liste de personnes à tuer. Tout ce qu’il veut c’est protéger sa fiancée Asahi et pour ça il laisse un programme après sa mort qui va imprimer un androïde en 5D qui lui servira de garde du corps pour la protéger d’agents venus du futur. Le drama se lance alors dans un mélange de thriller, de SF et de romance un peu bancal mais assez attachant. De la SF, Kimutaku, déjà ça part bien !

vlcsnap-2018-01-21-02h59m58s875

Mon avis : J’ai toujours un faible pour les idées de Science Fiction qu’elles soient servies par de la bonne qualité ou non. Ce drama partait avec pas mal de potentiel pour réussir une série sérieuse et prenante avec des thèmes intéressants sur la place des robots pensants dans la société et leur devenir. Mais je ne sais pas pourquoi ils ont fait le choix de mélanger les styles. Du coup on se retrouve avec un amalgame de série de science fiction sérieuse avec des scènes de bagarre vraiment bien fichues et des effets spéciaux pas moches ainsi qu’un androïde qui développe sa conscience ; ajouté à ça on a le côté dramatique entre les personnages, la perte d’un être, et l’attachement à des nouvelles personnes, une pseudo romance appuyée par des musiques bien mièvres ; et par dessus on a les mini scènes humoristiques des personnages secondaires qui font des blagues sur leur lieu de travail, se chamaillent ou carrément un personnage foufou qui répare notre androïde, et le forcing non stop de la maman de la fille qui veut absolument avoir son mariage. Le passage de l’un à l’autre servi par des musiques aussi différentes fait vraiment grincer des dents.

vlcsnap-2018-01-21-02h35m12s611

Rajoutez à cela une réalisation qui m’a un peu fait mal au coeur car elle était d’une simplicité à la limite de l’amateurisme. Les plans sont sympas avec des cadrages vifs surtout lors des combats. Ils arrivent à faire un truc assez bien avec peu de moyens. Les effets de disparition sont vraiment les mieux réussis. C’est surtout la qualité de l’éclairage ultra lumineux qui rend toutes les personnes maladives ou moches, et le travail de l’image inexistant, c’est brut et froid. Ce n’est donc pas la qualité des images qui vous charmera dans ce drama. En y pensant, je me disais que si c’était expressément voulu pour montrer un monde aussi froid que les androïdes qu’il crée ça pourrait être une idée sympa. Mais je ne suis pas sûre que la réflexion se soit portée jusque là. On passera aussi sur la magie de la technologie durant toute la série, quelques facilités sont plus faciles à digérer que d’autres.

Le plus intéressant dans le drama c’est la relation entre Asahi, veuve de son presque mari et femme d’affaires intelligente et volontaire, avec Lloyd, l’androïde créé pour la protéger et qui a l’apparence de son fiancé mort. Leur relation va leur apporter des bénéfices à tous les deux. Cela va aider Asahi à gérer son deuil et en retour elle va s’occuper de Lloyd et lui montrer de la compassion alors qu’il est une simple machine, traité toute sa vie comme un objet. Les instants de la vie quotidienne où Asahi essaie d’apprendre à Lloyd à se comporter comme un humain, à lui faire découvrir des choses, à s’étonner de ses capacités, tout en le respectant, c’est ça qui fait le charme de la série. L’androïde s’en prend plein la tête à chaque fois qu’il se bat et on compatit de plus en plus pour lui, surtout qu’au fur et à mesure il développe des réflexions sur ce qu’il fait, il se questionne, il ressent des choses mais n’arrive pas à les comprendre et ça c’est un sujet qui ne me lassera jamais.

Au fur et à mesure des épisodes on explore son passé dans le futur, d’où il vient, ce qu’il a fait, ce qui envahit ses nuits sous formes de cauchemars, quelque chose d’impensable pour un robot ! Il va explorer les liens qu’il a avec d’autres robots, la culpabilité pour ses actes passés et essayer de trouver sa voie après avoir été coupé de son créateur. A travers ce personnage et les autres androïdes qui débarquent, la série brosse le portrait peu encourageant du futur de la planète et des décisions des grands dirigeants qui ont amené des guerres et tellement de morts. Tout cela permet d’aborder des questions sur l’âme des machines, sur les sentiments qu’ils peuvent ou non développer, s’ils ne sont que des objets. La série parle aussi des humains et de leur action sur la planète, de leurs guerres incessantes, de l’explosion démographique à gérer. Il y a beaucoup de sujets qu’on peut traiter sur les humains et les androïdes à la fois et le fait que cela les rapproche est bienvenu.

Kimura Takuya est un très bon acteur, je le savais déjà, et chaque fois que je regarde quelque chose avec lui, il y est bon. Ici il a la dure tâche de s’attaquer à plusieurs personnages et en plus à plusieurs versions de ces personnages. Il fait un chercheur peu adapté socialement avec ses tics, sa candeur, sa timidité ; et il fait également un androïde froid et déterminé (sans jamais cligner des yeux !) ; et il joue ensuite sur toutes les variations de cet androïde qui sans s’exprimer va faire passer des sentiments par ses yeux, puis ensuite exprimer ses sentiments comme un humain. Il passe de l’un à l’autre avec aisance et dégage des auras totalement différentes suivant quel personnage il joue. C’est grâce à lui que le capital sympathie est là pour Lloyd, et par réflexion pour Asahi.

Il y a un petit côté super héros assez sympathique et totalement en clin d’oeil à l’idée de Reiji qui veut protéger sa fiancée. Lloyd effectue toujours les mêmes gestes lorsqu’il doit aller la sauver, il y a toujours la même musique et il dit toujours les mêmes paroles. C’est assez plaisant comme clin d’oeil et en même temps un bon reflet de ce que c’est que d’être une machine programmée à répondre d’une certaine manière à chaque menace. Bien sûr c’est aussi un peu kitch et lassant surtout si on enchaîne les épisodes comme j’ai fait.

vlcsnap-2018-01-21-02h38m08s208

L’un des personnages qui va évoluer le plus c’est la soeur de Reiji, Nanase, jouée par Oshima Yuko. Collègue de travail de son frère, elle a partagé son attrait pour la recherche. Elle se retrouve seule sans aucune famille à part sa belle-soeur. Elle deviendra une alliée intéressante à suivre. Elle qui a grandi dans l’ombre de son génie de frère, adulé par tous, préféré de sa mère, elle garde en elle une rancoeur qui influence aussi sa santé mentale. Au début son évolution paraît vraiment brutale mais une explication par la suite amène un nouveau point de vue intéressant. D’ailleurs la relation entre le frère et la soeur vue par les souvenirs de Nanase, prend vraiment le pas en deuxième partie du drama, c’est une histoire touchante et d’autant plus marquante qu’ils sont liés depuis l’enfance.

vlcsnap-2018-01-21-03h04m23s763

L’androïde spécialisée dans les réparations, Suppli, jouée par Honda Tsubasa, est bien mignonne et sert au côté comique de la série, celui qui ne colle pas du tout avec le reste. La pauvre est le cliché du personnage féminin ne vivant que pour le héros et ne servant qu’à le faire progresser quitte à se sacrifier pour lui. Une androïde comme elle qui a vu tant de choses devait recéler des histoires intéressantes à explorer mais jamais elle ne parle de qui que ce soit d’autre que de Lloyd même en parlant de son passé.

vlcsnap-2018-01-21-02h37m48s460

En collègue de bureau de Asahi on trouve Hoshi joué par Kiritani Kenta (vu dans Jin) qui bien évidemment en pince pour elle depuis très longtemps. Il est assez agaçant et se permet des jugements déplacés en mettant la pression sur elle au nom de son amour. Il essaie de mettre son nez dans tout cet imbroglio en touriste total. Heureusement il a un parcours qui devient un peu plus intéressant et permet de révéler d’autres machinations.

vlcsnap-2018-01-21-03h28m53s020

L’androïde à surveiller c’est la lycéenne toute habillée de blanc, présage de mort ? Elle est très forte et ne fait que quelques apparitions au début de la série avant de prendre de l’importance par la suite. Elle pose les questions qui fâche, elle est l’analyste qui a étudié la Terre et conclue que les humains ne méritent vraiment pas de continuer à vivre vu toutes les horreurs qu’ils commettent. Il y a une grosse réflexion sur les adultes et ce qu’ils font et les générations qui vont venir après. C’est le pendant cérébral à Lloyd qui lui va se baser sur les sentiments. Et j’étais frustrée qu’il n’y ait pas plus de lien entre les deux qui soit exploré. L’actrice, Kiritani Mirei, est vraiment convaincante et inquiétante.

vlcsnap-2018-01-21-03h35m58s650

On n’échappe pas au flic de la vieille école joué par Endo Kenichi qui fume partout malgré tous les interdits et démêle le vrai du faux assez rapidement. Mais le voir s’agiter et essayer de poursuivre son enquête le fait rejoindre Hoshi le collègue de bureau insupportable. A part leur lien vers la fin avec des personnages haut placé, les deux n’apportent pas vraiment grand chose. Le fait que sa fille travaille aussi dans le bureau de Asahi fait beaucoup de coïncidences et leur relation tendue bien que sympathique ne fait pas beaucoup avancer les choses. Ils ont voulu à travers ce personnage parler des gens qui oeuvrent pour que leurs enfants aient un meilleur futur mais il est tellement éloigné de sa fille sous prétexte de son travail l’accaparant que cette excuse semble creuse.

Asahi, jouée par Shibasaki Kou, quant à elle est le personne simple et bon mais qui a une influence importante sur les personnages et sur l’histoire grâce à son respect des gens, et son horreur de la violence. C’est elle qui au final prend les décisions, essaie de prendre soin de ceux qui l’entourent. Mais la plupart du temps elle est dans un coin avec les yeux écarquillés durant les batailles. Les moments de vie quotidienne et de partage avec Lloyd sont les plus réussis et ceux qui lui correspondent le mieux. Elle est sobre mais efficace pour ce rôle et ils ont une alchimie sympathique avec Kimutaku. Pour un drama qui tendait vers un kitch un peu trop prononcé, avoir des acteurs comme eux a évité que cela soit ridicule. Au final ils sont touchants et attachants.

vlcsnap-2018-01-21-03h14m29s294

Ando Lloyd, subtilement (!) sous-titré : AI knows love ? (L’intelligence artificielle connaît l’amour ?), réussit à aborder pas mal de questions sur les robots et la conscience, sur la création des hommes qui se prennent pour des dieux, sur l’avenir de la planète. Ces sujets sont égrainés au fil du drama ce qui permet d’approfondir le sujet sans alourdir les épisodes. Le drama a du mal à mélanger ses différents styles, voulant paraître dynamique avec ses scènes de combat, puis romantique avec la cohabitation entre Asahi et Lloyd, et enfin comique avec la mère ou l’infirmière robot. Se focaliser sur le duo principal et l’histoire de Lloyd, son passé ainsi que son évolution aurait largement suffit. Le drama paraît bancal mais les personnages sont attachants et il y a assez de suspense pour m’avoir donné envie d’enchaîner tous les épisodes le plus vite possible.


Les thèmes

L’intelligence artificielle : Traités comme des objets par la plupart même dans le futur, ils ont des programmes pour les faire évoluer comme un module d’émotions qui leur permet d’exprimer ce qu’ils ressentent. Il est entendu qu’ils ont donc une âme et ressentent des choses même s’ils n’arrivent pas à mettre des mots dessus quand ils sont en mode normal, et cela ne gêne en rien leur mission. Lloyd fait des cauchemars, il revisite donc sa mémoire lors de son repos mais sans le maîtriser. Ses souvenirs, comme ceux d’humains, reviennent le hanter. Il est à part en cela qu’il choisit de garder ses souvenirs là où ses frères d’arme choisissent de tout effacer. Même en ayant été réinitialisé, certains souvenirs refont surface comme un disque dur formaté qui garderait tout de même des informations précédentes. Lloyd éprouve tout un panel d’émotions qu’il n’arrive pas à gérer comme la jalousie alors que la tristesse doit lui être plus familière.

L’autre forme encore plus fascinante d’intelligence artificielle est celle du chercheur original, Reiji, qui bien que mort influence l’histoire à travers le temps en plus, grâce à ses émotions. C’est sa théorie que les émotions traversent le temps car elles font partie d’une particule inconnue jusqu’alors qui expliquerai les pouvoirs télékinétiques et tout le paranormal. Même en l’absence physique de données informatiques représentant son cerveau il arrive à continuer à vivre et influencer les événements. On arrive donc au niveau fantôme, insaisissable, questionnant la présence de l’âme.

Le temps : Des androïdes du futur reviennent dans le présent pour éliminer la personne qui les empêche d’accomplir le grand oeuvre de destruction. On ne sait pas vraiment comment ils voyagent à part sous forme de données téléchargées puis imprimées en 5D dans un corps dans le temps actuel. Ils peuvent aussi se téléporter dans l’espace. La communication entre le présent et le futur se fait simplement par e-mail. Rien n’est dit sur l’influence que le changement des événements dans le passé va apporter au futur.


Pour aller plus loin :

Films : Un film polonais de la fin des années 70 : Test Pilota Pirxa qui parle de robots, plus parfaits que les humains, qui vont bientôt remplacer les hommes dans les vols spatiaux. Pour tester si les robots peuvent se débrouiller seuls, ils forment une équipe robots/humains et le capitaine de la mission ne sait pas qui est humain et qui est robot.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s